Tél : 02 99 77 69 21

CHARTRES DE BRETAGNE
Plan d'accès Envoyer un Email Page Facebook

Les dégâts de l'humidité

 

LES REMONTÉS CAPILLAIRES

          
   

                                             

   L'humidité est la maladie la plus fréquente d'une maison et l'une de ses formes les plus gênantes est sans conteste l'humidité ascensionnelle, qui provient du sol et imprègne les murs. Le terrain sur lequel on bâtit une maison est toujours plus ou moins humide. Les maçonneries en contact avec la terre présentent une certaine porosité et peuvent aspirer par « capillarité » cette eau jusqu'à un niveau sensiblement supérieur à celui du sol. On retrouve ce phénomène étonnant dans les lampes à pétrole, où la mèche sert de tube capillaire à l'huile, et dans les troncs d'arbre, où la sève monte par des vaisseaux capillaires.
Elle est particulièrement fréquente dans les constructions anciennes car on ne prévoyait pas, alors, de membranes d'étanchéité horizontale à la base des murs en construction. Toutefois, le problème se retrouve aussi dans les bâtiments plus récents, où les membranes d'étanchéité sont endommagées, mal placées ou pontées du côté intérieur ou extérieur. En fonction de divers facteurs, tels l'épaisseur du mur, la quantité d'eau souterraine, le degré de porosité, etc., cette humidité ascensionnelle peut atteindre une hauteur moyenne de 0,5 à 1,5 mètre au-dessus du niveau du sol, voire plus. En effet, les conditions particulièrement défavorables peuvent faire remonter l'humidité venant du sol jusqu'au premier étage d'une habitation. 

La présence d'humidité ascensionnelle dans la partie inférieure des murs a de nombreuses conséquences néfastes :
 Tout d'abord, la maison est ressentie comme inconfortable et difficile à chauffer. En effet, un mur humide est un mur froid. Il se refroidit par évaporation superficielle et votre facture d'énergie s'en ressent. Par évaporation également, la vapeur d'eau du mur passe dans l'air de la pièce et l'humidité ambiante devient excessive. Ce climat malsain, peu hygiénique, est favorable au développement de moisissures et champignons. D'autre part, les remontées capillaires affectent à la fois l'aspect et la durabilité des murs, surtout en surface. A l'intérieur, les papiers peints et enduits se décollent, les peintures s'écaillent, les métaux et boiseries en contact avec le mur s'altèrent.
 A l'extérieur, les matériaux imprégnés d'eau sont sensibles à l'éclatement dû au gel et le mortier des joints se dégrade à plus ou moins court terme.   

 

 

LA CONDENSATION
Les condensations se manifestent au droit des ponts thermiques (linteaux, corniches, bandeaux, consoles, etc.) et sur les vitrages. Les taches se localisent en général dans les angles et à des endroits mal ventilés (dos de meuble, derrière des tentures, etc.) Très souvent, les condensations s'accompagnent de moisissures. Elles sont les plus intenses pendant la saison froide.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  L'enduit se dégrade plus tardivement et uniquement si les conden- sations sont très absorbantes.

 Le papier peint ne se décolle pas dans tous les cas. Les condensations apparaissent surtout dans les locaux peu chauf- fés et mal ventilés ou dans ceux où il y a une production de vapeur d'eau importante. Le phénomène est lié au mode de vie des habi- tants.

Les condensations se forment le plus souvent sur les murs orientés au nord ou à l'est. En principe, le moyen le plus efficace de remédier à la conden- sation est de s'équiper d'un système de ventilation performant. C'est pourquoi HUMIPROTEC préconise la Ventilation Mécani- que par Insufflation qui présente les avantages de laVMC traditionnelle sans les inconvénients.

 

 

LES INFILTRATIONS

Les revêtements de façade sont là pour assurer une protection contre les intempéries.

Au cours des précipitations, l'eau pénètre dans les façades qui sont poreuses et les traverse ; l'action conjuguée du vent renforce ce phénomène. Le fait d'utiliser des revêtements étanches sur l'habitat ancien peut avoir des conséquences très graves, car en aucun cas on ne doit empêcher un mur de « respirer ».

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le traitement d'hydrofugation répond à cette double condition puisqu'il : empêche l'eau de ruissellement de pénétrer à l'intérieur des matériaux; laisse le mur respirer librement.

Par ailleurs, « l'effet perlant» de l'eau sur le mur traité empêche les poussières véhiculées par l'eau de pluie de s'incruster. Aucune mo- dification esthétique des bâtiments n'est à craindre car, le produit étant absolument incolore, il ne modifie en rien l'aspect de votre façade.

Reproduction totale ou partielle strictement interdite par la loi du 11 mars 1957.Tous droits réservés pour tous pays